« Les internautes reprennent le pouvoir | Accueil | Ma vision de l'Internet »

On a marché sur la Une !

Joël de Rosnay invité par Ujjef

Parmi tous ceux qui affirment que l'Internet est un "outil politique" de profonde transformation sociale qui dessine les contours d'une réelle démocratie participative, Joël de Rosnay n'est pas en reste ! Dans son dernier livre "La révolte du pronétariat, des mass média aux média des masses", le Conseiller du Président de la Cité des Sciences et de l'Industrie et Président exécutif de Biotics, prédit l'avènement d'une nouvelle forme de lutte des classes dont les insurgés emprunteront les fabuleux réseaux du web ! A leur tête, des "pronétaires" qui détrôneront les "infocapitalistes" pendant que les consommateurs passifs seront remplacés par des "consomm-auteurs" actifs. Et les journalistes dans tout ça ? "Victimes" d'une nouvelle partition de l'information, ils deviendront, tout comme les communicants en entreprise, des "infomédiaires", des médiateurs en information signifiante qui devront revoir leur copie... Voici donc une interview "à l'ancienne" de ce nouvel héraut !

Que désigne ce mot "Pronétaire" ?

Joël de Rosnay : L'objectif du titre du livre "La révolte du Pronétariat : Des Mass Média aux Média des Masses" et du terme "pronétaire" (mot formé à partir de ceux qui sont pour et sur le Net), est d'être un peu provocateur, car ce sujet est grave et important pour l'avenir. Le modèle industriel traditionnel a conféré le pouvoir aux puissants par la centralisation des moyens de production et de distribution. Ils ont ensuite cherché à transposer ce modèle à la société de l'information. Or, les règles du jeu ont changé. La création collaborative et la distribution d'informations de personne à personne confèrent de nouveaux pouvoirs aux utilisateurs, jadis relégués au rang de simples "consommateurs". Ces nouvelles pratiques mettent désormais en cause les modèles traditionnels industriels et commerciaux de production et de distribution. Il m'est apparu essentiel d'expliquer en termes clairs pourquoi cette révolution s'apparente à une nouvelle "lutte des classes" entre les grands pouvoirs politico-industriels et la société civile.

Sommes-nous vraiment à l'aube d'une nouvelle lutte des classes ?

Joël de Rosnay : Ce nouveau pouvoir civil, cette démocratie de la communication et de la participation, s'appuie sur ce que j'appelle les "média des masses". Elle est catalysée par les dernières technologies de l'information et de la communication, auxquelles sont associés de nouveaux modèles économiques. Mais cette "lutte des classes" entre pronétaires et info-capitalistes (les détenteurs des contenus, des droits, des grilles de programmes...), n'a évidemment que de lointaines ressemblances avec la lutte des classes, politique et économique, du modèle industriel classique décrit par Karl Marx. On assiste plutôt à une re-définition de territoires de compétences et à l'émergence de nouveaux modèles économiques.

Quelles en sont les raisons ?

Joël de Rosnay : Une des principales raisons de la montée du pronétariat et de l'influence croissante des “média des masses“ est la crise de confiance des lecteurs et des utilisateurs vis-à-vis des mass média traditionnels. Le résultat le plus frappant de cette crise de confiance est la baisse alarmante de la diffusion des journaux, en particulier des quotidiens, même si d'autres phénomènes y concourent. Une autre raison est le succès croissant d'Internet et surtout la création d'information par les internautes eux-mêmes.

A ce titre, les blogs sont révélateurs de cette mutation...

Joël de Rosnay : Le phénomène des blogs a contribué à inonder le Net d'informations de qualité très diverse mais souvent originale. La création de contenus par les pronétaires gagne progressivement du terrain. Après la musique et les films, les nouveaux domaines conquis sont l'édition presse comme le montrent l'avènement et le succès des journaux en ligne rédigés par des "bloggeurs" ou des non journalistes. Un des premiers "journaux citoyens" européen, AgoraVox, à été lancé en France en juin 2005 par la société Cybion spécialisée dans la recherche d'information sur Internet. Dix mois après son lancement, le journal compte plus de 2 600 rédacteurs réguliers et accueille près de 480 000 visiteurs par mois.

Ces révolutions technologiques sont-elles les ferments d'un nouveau modèle économique ?

Joël de Rosnay : Ces évolutions technologiques risquent de déstabiliser les modèles économiques traditionnels. Une simple "équation" : flux + buzz = bizz (business), indique que l'on peut gagner de l'argent par la gratuité. Il suffit d'attirer les internautes sur un site "fun" et gratuit et leur vendre des produits ou des services à bas prix. Les internautes, contents de ces services personnalisés, feront donc eux-mêmes le marketing gratuitement : c'est le "buzz" ; le tout selon le principe qu'il vaut mieux gagner 10 centimes d'euros sur 10 millions de personnes avec une marge de 90% (ce qui fait 900 000 euros), plutôt que 10 euros sur 10 000 personnes avec une marge de 30%, compte tenu des investissements et des frais de marketing, (ce qui ne fera que 30 000 euros).

Pourquoi parler des "média des masses" et non pas de "média des individus" ?

Joël de Rosnay : On voit effectivement proliférer sur le Net des "entreprises unipersonnelles multinationales". Ces dizaines de millions "d'actionnaires" de demain participeront, rémunérés ou non, dans l'intérêt du plus grand nombre, à la création collaborative de logiciels libres, de contenus éducatifs, d'émissions de télé, de musiques ou de livres. Les consommateurs "passifs" deviennent -en tous cas pour ceux qui le souhaitent ou le peuvent- des "consomm-auteurs". Des talents existent. La communication transversale (tous vers tous) et la comparaison les font émerger. Alors qu'aujourd'hui encore, pour être publié, édité, diffusé, vu à la télé, il faut passer par des comités de sélection favorisant les talents déjà confirmés. C'est pourquoi de nombreux jeunes auteurs se font connaître directement sur le Net.

Quels seront le futurs détenteurs du web ?

Joël de Rosnay : Je ne pense pas que les pronétaires vont éliminer les info-capitalistes. Les grands éditeurs et même les "majors" de la vidéo et de la musique, commencent à réaliser qu'ils ont tout intérêt à collaborer avec les pronétaires et les blogueurs. Par ailleurs, Google, Yahoo, E-bay ou Amazon sont des modèles, certes capitalistes au sens classique du terme, mais aussi "mutualistes" en quelque sorte. Il existe une complémentarité entre l'intérêt des usagers et les revenus engrangés par ces entreprises. A quel niveau se situera le pouvoir d'informer ? Les pronétaires sont présents tous les jours dans la blogosphère. Ils arrivent même à boycotter des produits ou à contrer les discours de personnalités politiques. Certes, nos démocraties se sont construites avec la liberté de la presse et aujourd'hui, à trop critiquer les média traditionnels, on risque de discréditer, voire de détruire un des fondement de la démocratie. C'est pourquoi la presse traditionnelle doit être absolument préservée.

Comment concilier conservation et innovation dans la presse traditionnelle ?

Joël de Rosnay : Elle doit aussi évoluer. Ces formes de communication transversales font émerger des communautés, des groupes, des "continents" d'idées, de valeurs partagées. Pour le meilleur ou pour le pire. La démocratie c'est vivre ensemble dans toutes les diversités possibles. Mais la démocratie virtuelle ne peut, en aucun cas, remplacer la démocratie réelle. Le contact humain, la confrontation sociétale, l'écoute des autres dans des situations de proximité physique (quartiers, villages, associations, clubs, partis, syndicats, lobbies, confessions religieuses...) n'est pas remplaçable par l'électronique, le haut débit, les blogs ou les SMS !

Les journalistes et communicants d'entreprises auront-ils encore une place ?

Joël de Rosnay : Les communicants en entreprise et certains journalistes deviendront des "infomédiaires", des médiateurs en information signifiante. Les pronétaires, je l'ai dit, ne font plus confiance aux média traditionnels et aux média dominants. Pourquoi se fier à des médiateurs qui ont leur "ligne éditoriale", un espace limité, pas de commentaires à leurs articles et aucune acceptation de contestation à posteriori de leurs assertions ? Les blogueurs savent aujourd'hui comparer, discuter, commenter, traquer les erreurs. C'est une nouvelle lecture de la presse en ligne, représentée notamment par les journaux dits "citoyens". Avec l'explosion du nombre de photophones et de mini caméras numériques, des "citoyens reporters" seront présents partout et témoins de grands évènements. Aux média traditionnels de savoir les utiliser au bénéfice de tous en assurant sélection, vérifications, médiation, qui resteront en majeure partie l'apanage de ceux qui ont une "marque", représentent une "référence" et ont la confiance de leurs lecteurs depuis des dizaines d'années.

Selon vous, après tant d'évolutions technologiques, quels seront les rêves de l'homme de demain ?

Joël de Rosnay : Se débrancher ! Peut-être qu'un de nos derniers privilèges sera de refuser d'être connecté en permanence sur Internet ! Et cela, pour pouvoir se "rebrancher" sélectivement, en fonction de choix, de valeurs, de critères de sélection. C'est-à-dire par l'exercice de sa responsabilité. Il reste beaucoup à faire avant de voir émerger les prémisses d'une véritable démocratie participative et d'une co-régulation citoyenne des grands systèmes de communication de demain. Autant commencer dès maintenant en mettant en œuvre le pouvoir des réseaux collaboratifs. A l'exercice solitaire de l'intelligence élective, préférons l'exercice solidaire de l'intelligence collective !

Le site de Joël de Rosnay, le Carrefour du Futur

Le site autour du livre "La révolte des Pronétaires"

Le site d'AgoraVox, le média Citoyen

Blog dédié à l'ouvrage "Une vie en plus" et co-écrit par Jean-Louis Servan-Schreiber, François de Closets, Dominique Simonnet et Joël de Rosnay

Le site de la Cité des Sciences et de l'industrie

avril 27, 2006 dans Revue de presse | Permalink

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d8341cb9d253ef00d83436c60553ef

Listed below are links to weblogs that reference On a marché sur la Une !:

» La révolte des "pronétaires" contre les "infocapitalistes" par Joël de Rosnay from Nadine Jeanne, élue socialiste de Puteaux
Dans la lignée du débat organisé au sénat par Blog [Lire la suite]

Notifié le 27 mai 2006 09:55:47

Commentaires

Poster un commentaire