« Sommaire du livre | Accueil | 2014 : victoire du pronétariat ou fin de la qualité des média ? »

La 4ème de couverture

Comme en leur temps la machine à vapeur ou l’imprimerie de Gutenberg, les techniques et pratiques émergeant du nouvel Internet sont sur le point de révolutionner l’histoire de l’humanité, tant d’un point de vue économique que social ou politique. Or ni les média traditionnels, ni les dirigeants ne semblent avoir saisi l’ampleur de ces enjeux.

Évoquant la naissance des blogs, des wikis ou encore des « journaux citoyens », Joël de Rosnay décrit les principes d’une économie reposant en grande partie sur des relations de pair à pair plutôt que sur la distribution de masse de contenus culturels, caractéristique des média dominés par les « infocapitalistes ». Face à ces derniers se développe un « pronétariat », classe d’usagers capables de produire, de diffuser et de vendre des contenus non propriétaires, mais aussi de permettre un accès largement gratuit à l’information.

S’organisant en une seule entité, le Web peut faire émerger une intelligence et même une véritable conscience collectives. Il met ainsi en question les relations de pouvoir verticales qui régissent aujourd’hui les sphères de l’économique et du politique.

Loin de proposer une vision « béate » du Net, car bien conscient des dangers d’une communication sans contrôle, Joël de Rosnay montre qu’il devient en fait un outil puissant entre les mains des citoyens pour faire naître une économie et une démocratie nouvelles.

Joël de Rosnay, docteur ès sciences, ancien chercheur et enseignant au MIT (Massachusetts Institute of Technology), est aujourd’hui président exécutif de Biotics International et conseiller du président de la Cité des sciences et de l’industrie. Il est l’auteur de plusieurs best-sellers, dont Le Macroscope (Seuil, 1975), L’Homme symbiotique (Seuil, 1995) ou encore La Plus Belle Histoire du monde, avec Yves Coppens, Hubert Reeves et Dominique Simmonet (Seuil, 1996).

Carlo Revelli est PDG de Cybion et cofondateur d’AgoraVox avec Joël de Rosnay.

décembre 27, 2005 dans La 4ème de couverture | Permalink

Commentaires

Je suis un enseignant qui sensibilise mes collègues sur la prochaine sortie de l'ouvrage :
La révolte du pronetariat par Joël de Rosnay. Avec la collaboration de Carlo Revelli. Editions fayard.

Je partage cette idée que nous sommes en train de vivre une période de rupture dont on a du mal à mesurer les conséquences. L'influence de l'Internet sur le référendum européen et les débats autour du projet de loi à propos des DRM ne sont que les prémices d'un bouleversement qui va modifier profondément la démocratie, le système économique, la diffusion de la culture, l'accès à l'information et le partage des connaissances.

Le titre de l'ouvrage souligne que cette révolution s'accompagne de l'émergence d'un contre-pouvoir citoyen rendu possible par l'évolution des technologies. L'issue de cette lutte incertaine avec les grands pouvoirs industriels et politiques qualifiés d'« infocapitalistes » dépend de la prise de conscience et de l'implication des citoyens dans ce débat.

Les hommes politiques, les médias traditionnels, les entreprises ne sont pas les seuls à se retrouver démunis devant de tels changements. De par leur fonction qui est de former les générations futures, les enseignants sont en première ligne face à ces transformations. D'autant plus qu'ils sont confrontés à deux difficultés principales :

* ils n'ont pas été formés pour appréhender cette révolution
* ils ont en face d'eux des jeunes pour qui l'utilisation des nouvelles technologies de communication (blog, podcast, wiki, médias citoyens, chat, SMS, p2p, ...) est naturelle

Comment prendre en compte ces phénomènes dans l'enseignement alors que l'on ne dispose pas du recul indispensable à l'analyse ? La culture, la connaissance et l'information ne risquent-elles pas de devenir une soupe indigeste ? Dans ce contexte, la tentation est grande du rejet en bloc en posant la culture traditionnelle comme ultime rempart. Il ne s'agit pas non plus d'approuver béatement ces bouleversements sous prétexte "de faire jeune". L'urgence est d'en comprendre les enjeux pour aider nos élèves à donner du sens à ces nouvelles technologies. L'Agora d'Athène, les écrits d'un Voltaire ou d'un Victor Hugo conservent leur pertinence de par leur modernité.

L'éclairage de Joël de Rosnay peut contribuer à la réflexion des enseignants sur ces thèmes. S'il est intéressé par une conférence dans mon lycée Victor Hugo à Besançon, il sera le bienvenu.

En espérant qu'il dépasse le jargon technique qui rebute trop souvent les néophites. Ses livres précédents plaident en sa faveur.


Rédigé par : Nicolas | 12 jan 2006 22:55:25

Poster un commentaire